Boris Herrmann in the Top 5 of the Vendée Globe 2020/21

 

Thursday, 28th January 2021. He did it! This morning at 10:19 UTC, 11:19 German time, Boris Herrmann sailed across the finish line off Les Sables-d’Olonne after exactly 80 days, 20 hours, 59 minutes and 45 seconds at sea, making him the first German skipper in the history of the Vendée Globe to complete this race. After a total of 28 448 miles sailed, his Seaexplorer-Yacht Club de Monaco finished as the fifth boat in the fleet, 4 hours 34 minutes behind Frenchman Thomas Ruyant.
However, time credits for three skippers as a result of their involvement in the rescue of sailor Kevin Escoffier in the South Atlantic still caused some shifts in the final ranking. Yannick Bestaven overtook Charlie Dalin in the classification after calculated time and is thus the overall winner of the 9th edition of the Vendée Globe.

Despite the unfortunate collision with a fishing trawler last night, just 90 nautical miles from the finish, Boris Herrmann has mastered his non-stop circumnavigation with flying colours, fulfilled his personal dream of a top 5 finish, has taken many thousands of fans virtually on board every day and has eventually made history in the German sailing sport.

After his arrival, Boris said: “I have accomplished the adventure. It’s been a long time, more than 20 years, that I’ve been dreaming of this, it was a childhood dream. The Vendée Globe is something extraordinary. I came here to Les Sables d’Olonne to see several starts of the race. And now it’s done! It feels really good to fulfil this dream!
This race was a team effort, the boat preparation, everything around the race, and our mission was also about science and education. It’s nice to have all these people here now and to celebrate together. That’s the best moment of the race. What happened to me last night was heart-breaking. But in the end, we still finished and in a good position. The damage on the boat is all repairable, there is nothing structural.
The Vendee Globe has for sure changed me. I don’t know yet in what way, but it has certainly taught me a lot about trust, trusting in people and the boat, trusting in time, that good things come with time. You have to wait 80 days for the finish and for all these nice emotions.”

Long-term friend and co-founder of team Malizia, Pierre Casiraghi, commented: “It is an extraordinary achievement. His handling of the big damage he suffered last night shows what a great sailor Boris is. He had all the qualities you need to do a great race, he did more than that. It’s just extraordinary, I am very proud of him.”

It could not have been more exciting
Over the last days on the North Atlantic, the skippers gave once more everything they’ve got, studying their navigation down to the last detail. Close to the Azores, Louis Burton (Bureau Vallée 2), Charlie Dalin (Apivia) and Boris Herrmann opted for an easterly route, while Thomas Ruyant (LinkedOut) and Yannick Bestaven (Maître CoQ IV) sailed further north to take advantage of stronger winds from a low-pressure system. Later, Louis also set course to the north.
In the early hours of the last day of racing, Boris and Charlie finally chose the shorter southern route, past Cape Finisterre and the Spanish north coast, in order to sail from there on one tack in westerly winds to Les Sables-d’Olonne. The tactic worked out for Boris Herrmann, he was safely in third place and had a good chance of an even better placing, until the collision with the fishing trawler just before the finish interrupted his navigation at high speeds. “Overall, Boris sailed a smart race,” said Will Harris, co-skipper of Team Malizia, “he has done some round-the-world sailing and his experience helped him a lot in this Vendée Globe. In addition, Boris is the skipper who has covered the most nautical miles on board his IMOCA. He had the ability to get on the podium without ever saying it out loud.”

Successful scientific mission
During the circumnavigation, Boris Herrmann collected valuable oceanographic data around the clock with the help of the autonomously operating laboratory on board and forwarded the data to the scientists from the Max Plack Institute for Meteorology in Hamburg, Geomar in Kiel and Ifremer in Brest. Among other parameters, CO2 levels, temperature and salinity were measured continuously at the sea surface level over a distance of almost 28,500 nautical miles, so that for the first time the scientific community has access to a extensive data set even from the most remote regions of the earth. Up until now, there was virtually no data from the Southern Ocean. Thus, the scientific mission in the course of the Vendée Globe was a complete success. The measured parameters enable scientists to better understand the effects of climate change on the ocean and at the same time determine how the ocean moderates climate change.

 

Photos of today’s event can be found here:
https://imagebank.team-malizia.com/Vendee-Globe/Vend%C3%A9e-Globe-Race/Daily-content/Finish-day/

Password: Maliziapress

 

 


Boris Herrmann in den Top 5 der Vendée Globe 2020/21

 

Donnerstag, 28. Januar 2021. Er hat es geschafft! Heute Morgen um 10:19 Uhr UTC, 11:19 Uhr deutscher Zeit, segelte Boris Herrmann nach genau 80 Tagen, 20 Stunden, 59 Minuten und 45 Sekunden auf See über die Ziellinie vor Les Sables-d’Olonne und ist damit der erste deutsche Skipper in der Geschichte der Vendée Globe, der dieses Rennen bewältigt hat. Nach insgesamt 28 448 gesegelten Meilen erreichte seine Seaexplorer-Yacht Club de Monaco als fünftes Boot der Flotte das Ziel, 4 Stunden 34 Minuten hinter dem Franzosen Thomas Ruyant.
Die Zeitgutschriften für drei Skipper infolge ihrer Beteiligung an der Rettung des Seglers Kevin Escoffier im Südatlantik sorgten allerdings noch für Verschiebungen im endgültigen Ranking. Yannick Bestaven überholte nach berechneter Zeit Charlie Dalin im Classement und ist damit Sieger der 9. Ausgabe der Vendée Globe.

Trotz der unglücklichen Kollision mit einem Fischtrawler gestern Abend, nur knapp 90 Seemeilen vor dem Ziel, hat Boris Herrmann seine nonstop Weltumseglung bravourös gemeistert, seinen persönlichen Traum einer Top 5 Platzierung erfüllen können, täglich viele tausende Fans virtuell an Bord genommen und im deutschen Segelsport Geschichte geschrieben.

Nach seiner Ankunft sagte Boris: „Ich habe das Abenteuer vollbracht. Es ist schon lange her, mehr als 20 Jahre, dass ich davon geträumt habe, es war ein Kindheitstraum. Die Vendée Globe ist etwas Außergewöhnliches. Ich bin damals hierher nach Les Sables d’Olonne gekommen, habe mehrere Starts des Rennens gesehen. Und jetzt habe ich es geschafft! Es fühlt sich wirklich gut an, diesen Traum zu erfüllen!
Es war eine Teamleistung, die Vorbereitung des Bootes, alles um dieses Rennen herum, und unssere Mission umfasste auch Wissenschaft und Bildung. Ich freue mich schon darauf, diese Leistung mit allen Teammitgliedern zu feiern. Das ist der beste Teil des Rennens. Das, was letzte Nacht passiert ist, hat mir das Herz gebrochen, aber Ende gut, alles gut. Ich bin mit meiner Position unter den gegebenen Umständen zufrieden. Ich beende das Rennen mit einer guten Platzierung. Der Schaden am Boot lässt sich reparieren, die Struktur des Bootes ist nicht betroffen, also ist es nicht so schlimm.
Die Vendée Globe hat mich verändert, ich bin mir allerdings immer noch nicht sicher, wie genau. Ich habe gelernt, geduldig zu sein. Man muss 80 Tage warten, um das Rennen zu beenden, nun ist es ein großartiges Gefühl.“

Großer Freund und Mitgründer des Team Malizia, Pierre Casiraghi, kommentierte: „Es ist eine außergewöhnliche Leistung. Sein Umgang mit dem großen Schaden, den er letzte Nacht hatte, zeigt, was für ein großartiger Segler er ist. Er hatte alle Qualitäten, die man braucht, um ein großes Rennen zu absolvieren, er hat mehr als das getan. Es ist einfach außergewöhnlich, ich bin sehr stolz auf ihn.“

Spannender hätte es nicht gehen können
In den letzten Tagen auf dem Nordatlantik gaben die Skipper noch einmal alles und studierten ihre Navigation bis ins letzte Detail. Auf Höhe der Azoren entschieden sich Louis Burton (Bureau Vallée 2), Charlie Dalin (Apivia) und Boris Herrmann für eine östliche Route, während Thomas Ruyant (LinkedOut) und Yannick Bestaven (Master CoQ IV) weiter nach Norden segelten, um dort von stärkeren Winden eines Tiefdruckgebiets zu profitieren. Später setzte auch Louis seinen Kurs nach Norden ab.
In den frühen Morgenstunden des letzten Renntags wählten Boris und Charlie schließlich die kürzere südliche Route, vorbei am Kap Finisterre und der spanischen Nordküste, um von dort aus in einem Schlag bei Westwind nach Les Sables-d’Olonne zu segeln. Die Taktik ging für Boris Herrmann auf, er lag sicher auf Platz drei und hatte gute Chancen auf eine noch bessere Platzierung, bis die Kollision mit dem Fischtrawler kurz vor dem Ziel seine Weiterfahrt unter hoher Geschwindigkeit unterbrach. „Insgesamt ist Boris ein cleveres Rennen gesegelt”, sagte Will Harris, Co-Skipper des Team Malizia, „er hat schon einige Weltumsegelungen hinter sich und seine Erfahrung hat ihm bei dieser Vendée Globe sehr geholfen. Darüber hinaus ist Boris der Skipper, der die meisten Seemeilen an Bord seiner IMOCA zurückgelegt hat. Er hatte die Fähigkeit, auf das Podium zu kommen, ohne es jemals laut zu sagen.“

Erfolgreiche wissenschaftliche Mission
Während der Weltumsegelung hat Boris Herrmann mit Hilfe des autonom arbeitenden Labors an Bord rund um die Uhr wertvolle ozeanografische Daten gesammelt und an die Wissenschaftler vom Max-Plack Institut für Meteorologie in Hamburg, Geomar in Kiel und Ifremer in Brest weitergeleitet. Es wurde unter anderem der CO2-Wert, die Temperatur und der Salzgehalt jeweils an der Meeresoberfläche kontinuierlich über die Strecke von knapp 28 500 Seemeilen gemessen, sodass der wissenschaftlichen Gemeinschaft nun erstmals ein umfangreicher Datensatz auch aus den abgelegensten Regionen der Erde zur Verfügung steht. Bisher gab es so gut wie keine Daten aus dem Südlichen Ozean. Damit war die wissenschaftliche Mission im Zuge der Vendée Globe ein voller Erfolg. Die gemessenen Parameter ermöglichen es den Wissenschaftlern, die Auswirkungen des Klimawandels auf den Ozean besser verstehen zu können, und gleichzeitig festzustellen, wie der Ozean den Klimawandel mäßigt.

Fotos des heutigen Tages finden Sie hier:
https://imagebank.team-malizia.com/Vendee-Globe/Vend%C3%A9e-Globe-Race/Daily-content/Finish-day/

Passwort: Maliziapress

 


 

Boris Herrmann dans le Top 5 du Vendée Globe 2020/21

 

Jeudi 28 janvier 2021. Jules Verne l’avait écrit, les leaders de ce 9e Vendée Globe l’ont fait ! Ils sont cinq avoir déjà bouclé leur tour du monde en 80 jours, dont Boris Herrmann (Seaexplorer- Yacht Club de Monaco) qui a coupé la ligne ce jour, jeudi 28 janvier 2021, à 11 heures 10 minutes et 45 secondes (heure française), après 80 jours, 14 heures, 59 minutes et 45 secondes.
Objectif atteint pour le skipper allemand, qui pour sa première participation, termine 5e en temps réel. Il convient maintenant d’attendre l’arrivée de Jean Le Camp, attendu vers 21h00 (dernier ETA) pour savoir si Boris décroche la 4e place en temps compensé. Le skipper allemand a été crédité de 6 heures à la suite du sauvetage de Kevin Escoffier, contre 16h15 pour le Roi Jean.

Une très belle performance même si le scénario rêvé ne s’est pas déroulé totalement comme prévu. Les derniers milles ont été particulièrement éprouvants pour le marin qui a signalé une collision avec un bateau de pêche hier soir à 20h50 (heure française) alors qu’il naviguait à moins de 90 milles nautiques (approximativement 160 kilomètres) de la ligne d’arrivée et qu’il était un sérieux candidat à la victoire. Malgré d’importants dégâts, notamment au niveau de son foil tribord, du bout-dehors et d’un hauban, Boris a fait preuve de détermination pour réaliser une réparation de fortune, mettant un point d’honneur à terminer la course.

« C’est vraiment l’effort commun d’une Team et il me tarde de fêter cela avec tous les membres de l’équipe. C’est le meilleur moment de la course. Bien sûr, ce qui est arrivé hier soir m’a brisé le cœur mais tout est bien qui finit bien. Je suis content de ma place vu les circonstances. Je termine à une belle place. Les dégâts sur le bateau sont réparables, rien qui touche la structure donc ce n’est pas si grave. Le Vendée Globe m’a changé, je ne sais pas encore trop de quelle manière. Cela m’a beaucoup apporté en termes de patience. Il faut attendre 80 jours pour finir la course donc c’est une belle émotion. J’ai bouclé l’aventure. Ça fait longtemps, plus de 20 ans, que je rêve, c’était un rêve d’enfance. Le Vendée Globe c’est quelque chose d’extraordinaire. Je suis venu ici aux Sables d’Olonne pour voir plusieurs départs de la course. Et là, c’est fait ! C’est vraiment bon de réaliser ce rêve ! », a commenté Boris, impatient de serrer dans ses bras son épouse Birte et leur nourrisson Marie-Louise, âgée de 7 mois. Des retrouvailles extrêmement fortes après avoir passé autant de temps séparé. Ses mots en disent long sur ce qu’il vient d’accomplir. Après 24 296 milles nautiques de navigation, il devient le 1er skipper allemand de l’histoire du Vendée Globe à terminer cette épreuve.

Une performance pour la voile monégasque
S.A.S. le Prince Albert II, qui avait tenu à être présent aux Sables-d’Olonne, n’a pas manqué d’accueillir Boris. « Je comprends sa déception que nous partageons avec toute l’équipe de Seaexplorer-Yacht Club de Monaco, dirigée par Pierre Casiraghi. Nous sommes tristes pour lui, car la performance est bien là. Cela n’enlève rien à la très belle course réalisée par Boris. C’est presque inespéré pour nous puisqu’il arrive aujourd’hui dans le top 5 pour sa 1ère participation. C’est malheureusement arrivé à d’autres marins par le passé et cela démontre bien la difficulté de cette course légendaire où de nombreux paramètres sont à prendre en compte tout au long de ce parcours à travers les trois océans. Je suis personnellement très satisfait de son résultat et du comportement qu’il a eu tout au long du Vendée Globe. Il possède une personnalité attachante et élégante. C’est un gentleman et un grand navigateur. Je suis convaincu qu’on le retrouvera très vite au départ de très grandes épreuves. La mer est inscrite dans l’ADN de la Principauté. Je pense au Prince Albert 1er et, à l’aube du centenaire de sa disparition, c’est un beau parallèle que cette relation entre Monaco et la mer perdure grâce à des aventures comme celle que Boris vient de réaliser, en portant également le message de ma Fondation en faveur de la préservation des océans ».

« C’est tout bonnement extraordinaire et la grosse avarie qu’il a rencontré la nuit dernière et la manière dont il a géré cela démontre quel grand marin il est » confiait Pierre Casiraghi, également présent à l’arrivée aux côtés de Bernard d’Alessandri, Secrétaire Général du Y.C.M. Le vice-président du Y.C.M. a toujours été présent aux côtés de son ami : « Il avait toutes les qualités nécessaires pour réaliser une belle course, il a fait mieux que ça. C’est juste exceptionnel, je suis très fier. »

Une ferveur monégasque
De nombreux acteurs du monde du sport et personnalités très attachés à la Principauté ont tenu à féliciter Boris à travers des messages vidéo. Des témoignages tels que celui de l’ancien champion du monde de F1 Nico Rosberg, Daniel Elena, le copilote de rallye neuf fois champion du monde, le recordman du monde d’apnée Pierre Frolla, les tennismen Novak Djokovic, Mischa et Alexander Zverev, l’aventurier Mike Horn, l’attaquant de l’AS Monaco, Kevin Volland ou encore le navigateur Giovanni Soldini à l’origine de la rencontre entre Boris et Pierre lors de la Cape2Rio en 2013 à bord de Maserati (…) tous ont adressé un message personnalisé pour souligner l’extraordinaire aventure que vient d’achever Boris.

Une arrivée historique
La question des bonifications délivrées à trois marins (Le Cam, Bestaven et Herrmann) à la suite du sauvetage de Kevin Escoffier, a décidément joué un rôle majeur dans le classement. Si Charlie Dalin (Apivia) a franchi la ligne en premier après 80 jours, 6 heures, 15 minutes et 47 secondes, il n’est pas le vainqueur de cette 9e édition. Une situation inédite dans l’histoire de la course. Jamais les arrivées n’ont été aussi groupées et le classement indécis jusque dans les derniers milles. La victoire revient au Rochelais Yannick Bestaven (Maître CoQ IV) arrivé 3e aux Sables- d’Olonne, sous un feu d’artifice. Il succède à Armel Le Cléac’h (vainqueur en 2016) grâce à ses 10h15 de compensation qui lui permettent de terminer le Vendée Globe en 80 jours, 3 heures, 44 minutes et 46 secondes.

Suspense de haut-vol
Tous ceux qui se sont pris de passion pour cette fin de course hallucinante sont restés sans voix face à ce spectacle presque inconcevable après 80 jours passés en mer. Des Açores au Golfe de Gascogne, les rôles principaux ont puisé dans leurs dernières forces, ajustant la navigation dans le moindre détail. Un exercice de finesse à l’issue duquel Boris en ressort grandi : « il a réalisé une course intelligente » confie Will Harris, coach skipper du Team Malizia, « il a plusieurs tours du monde à son actif et cela lui a beaucoup apporté sur ce Vendée Globe. C’est d’ailleurs le skipper qui avait le plus navigué avec son IMOCA.
Dès les Açores, Louis Burton (Bureau Vallée 2), Charlie Dalin (Apivia) et Boris Herrmann (Seaexplorer-Yacht Club de Monaco) ont choisi une option Est alors que Thomas Ruyant (LinkedOut) et Yannick Bestaven (Maître CoQ IV) tentaient un coup plein Nord, afin d’aller toucher plus de pression. Mardi, alors que Charlie et Boris dépassaient le cap Finisterre par 8-12 nœuds d’ouest/sud-ouest, le duo Ruyant/Bestaven continuaient plus au Nord, lancé à 15-17 nœuds. Situé entre les deux groupes, Louis continuait lui aussi plein Nord avant d’empanner devant Maître CoQ IV et LinkedOut. Les routeurs sortaient déjà leur calculatrice pour savoir qui décrocherait la timbale. Mais l’heure n’était encore qu’aux théories.
Mercredi au petit matin, Boris et Charlie optaient pour une option Est le long des côtes espagnoles pour faire route bâbord amures vers les Sables-d’Olonne. Louis, Thomas et Yannick avaient d’ores et déjà démarré leur long bord jusqu’à l’arrivée, en tribord amures. Le tempo s’est accéléré à quelques heures de l’arrivée au large des côtes vendéennes.

ARaceWeHaveWon

24, 7 jours sur 7, permettant de récolter des données océanographiques transmises aux scientifiques des programmes de l’Institut Max-Planck de météorologie à Hambourg, de Géomar à Kiel et de l’Ifremer à Brest. Température de l’air, de l’eau ou encore la salinité, le PH et le CO2 des océans ont été autant d’informations collectées pendant ce tour du monde et notamment dans des régions isolées que les scientifiques n’ont pas l’habitude de parcourir. L’engagement de Boris s’en ressent jusqu’au nom de son bateau Seaexplorer, en référence à l’initiative menée par Kuehne + Nagel, pour mesurer l’impact des émissions de CO2 dans le secteur du fret maritime. Un objectif de réduction des émissions qui mobilise également les acteurs de la grande plaisance, sous l’impulsion du Yacht Club de Monaco, à travers la Superyacht Eco Association (SEA) et le SEA Index, un référentiel qui permet de mesurer l’impact environnemental des yachts de plus de 40 mètres.
Imperturbable, posé et discret, Boris a la satisfaction d’avoir porté avec panache les valeurs de la Principauté, diffusé son message en faveur de la préservation des océans et incontestablement suscité de nombreuses vocations, comme en témoignent les nombreux messages d’enfants qu’il a reçu tout au long de ce tour du monde historique.

 

Trouvez les images du jour ici: https://imagebank.team-malizia.com/Vendee-Globe/Vend%C3%A9e-Globe-Race/Daily-content/Finish-day/

Mot de passe: Maliziapress